Super Team

Publications > Research Papers > Identifier les lacunes en matière de protection des consommateurs sur le marché de l’occasion au Canada
Identifier les lacunes en matière de protection des consommateurs sur le marché de l’occasion au Canada

Il est généralement reconnu que les consommateurs assument un certain risque quand ils achètent des produits d’occasion et que ce risque se reflète dans le prix réduit de ces produits. Par exemple, ceux-ci sont plus susceptibles que les produits neufs de devenir défectueux ou de tomber en panne. Bien qu’ils soient conscients de ce risque, les consommateurs ne renoncent pas à leur droit d’être protégés contre des produits endommagés, dangereux ou ayant fait l’objet d’un rappel,  qui présentent des risques potentiels pour leur santé et leur sécurité. S’ils se retrouvent dans les rayons des magasins de revente, des magasins d’aubaines ou des dépôts-vente, ces produits peuvent faire courir des risques aux consommateurs. Il convient donc d’examiner si les vendeurs du marché de l’occasion protègent adéquatement les consommateurs, et si ces derniers disposent de suffisamment d’informations pour se protéger. Les sondages auprès des consommateurs ont eu lieu simultanément à Toronto (Ontario) et à Vancouver (Colombie-Britannique), d’octobre à novembre 2011. 

Un examen des données secondaires et deux outils d’enquête (un sondage auprès des consommateurs et un sondage auprès des gérants de magasins d’occasion) ont permis de recueillir les données nécessaires pour répondre à ces questions. Les sondages auprès des consommateurs ont eu lieu simultanément à Toronto (Ontario) et à Vancouver (Colombie-Britannique), d’octobre à novembre 2011.    

Les chercheurs sur le terrain ont intercepté 200 acheteurs à l’extérieur de magasins d’articles d’occasion, vendus au détail, pour obtenir des informations sur le genre d’articles qu’ils achètent généralement et sur leurs préoccupations éventuelles pour leur santé ou leur sécurité liées à l’achat de ces articles. Les chercheurs ont demandé aux acheteurs quelles mesures pourraient prendre les gouvernements et les vendeurs d’articles d’occasion pour renforcer la confiance des consommateurs. Ils leur ont aussi demandé s’ils connaissaient le site Web de Santé Canada sur les produits rappelés et la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation. Des données démographiques ont aussi été recueillies.

Résultats principaux inclus:

    • Les cinq types d’articles les plus couramment vendus sont les vêtements et accessoires; les livres, les films et la musique; les objets de collection; les articles ménagers; et les bijoux.
    • Les consommateurs se préoccupent davantage de la propreté que de la sécurité. Quand on a demandé aux personnes interrogées si elles avaient des préoccupations en achetant des articles d’occasion, un peu plus de la moitié (n=97) ont indiqué que oui. La majorité (n=74, 76 %) s’inquiétait de la possibilité d’acheter des articles non hygiéniques (c.-à.-d. sales, contenant des bactéries, des insectes ou des microbes).  Peu de répondants ont indiqué qu’ils se préoccupaient de la sécurité; 13 répondants ont dit qu’ils s’inquiétaient du fait que les articles d’occasion puissent être en mauvais état (c.-à-d. cassés ou de mauvaise qualité) et 4 répondants craignaient que ces articles soient dangereux.
    • Selon les consommateurs, les trois catégories de produits représentant le plus grand risque perçu sont l’équipement pour bébé, les jouets et les matelas. 
    • Les consommateurs se considèrent comme les principaux responsables de leur sécurité et de leur santé; or ils ne sont pas bien informés à cet égard.

 

Avenir Durable Canada a reçu pour ce projet de recherche un financement du Programme de contributions pour les organisations sans but lucratif de consommateurs et de bénévoles d’Industrie Canada. Les opinions exprimées dans ce rapport ne reflètent pas nécessairement celles d’Industrie Canada ni celles du gouvernement du Canada.

 

Équipe du projet:

Linda Varangu, M.Eng.
Directrice principale, Avenir Durable Canada

Tania Del Matto, M.ES.
Directrice principale, Avenir Durable Canada

Brendan Wylie-Toal, B.Sc., HBOR
Directeur des programmes et de la recherche, Avenir Durable Canada

Nicholas Cloet, B.ES.
Coordinateur de la recherche sur la durabilité

P. Wesley Schultz, Ph.D.
Scientifique chevronné, Action Research, Inc.
Professeur de psychologie, California State University

Coral M. Bruni, M.A.
Analyste de données, Action Research, Inc.

Emmanuel Prinet, M.Sc
Directeur des politiques, One Earth Initiative Society